La Feuillie


 

 

Situation : 35km de Rouen

Population : 1299 habitants

Habitants : Feuillois

Superficie : 3976 ha

Altitude : 175 m

 


Maire : Pascal LEGAY

19, rue du Centre 
76220 La Feuillie
02.35.90.80.16
Fax : 02.35.09.03.83

mairie.la.feuillie@wanadoo.fr

Lundi de 13h30 à 16h30

Mardi, Jeudi, Vendredi : 
de 9 h à 12 h et de 13 h30 à 16 h30
Mercredi : de 9 h à 12 h
Samedi : de 8h30 à 11 h30

 


Photo du site internet de la mairie de La Feuillie
Photo du site internet de la mairie de La Feuillie
Photo du site internet de la mairie de La Feuillie
Photo du site internet de la mairie de La Feuillie


Une salle de 230 personnes

Pour plus de détails : Salles à louer

 






 Une salle de 60 personnes

   Pour plus de détails : Salles à louer

 


Son origine

 

Provient du nom latin « Foliosa, folegi » en 1290, puis de « La Feuilliée », utilisé jusqu’au XVIIIème siècle, qui signifiait « Habitation sous les feuilles », donc faisait référence aux hêtres et aux chênes.

  

Sur les traces du passé…

 

Haut lieu de chasse au temps des Ducs de Normandie. Au XIIIème siècle, le hameau naissant ne comptait sans doute que de tels abris destinés aux chasseurs de la Forêt de Lyons. 
Philippe Le Bel construit, en 1293, un manoir royal et une chapelle. Le manoir fut fréquenté par Henri 1er d'Angleterre, Philippe le Bel, Louis X et Philippe V le Long. Il a été détruit en 1541.
Au XIXème siècle, commença un commerce de sabots et boissellerie.

 

Sur le blason :"Au champ d'azur, chargé au centre de l'Eglise et du Collège aux toits d'argent ornés d'arbre de sinople à dextre d'une tête de cerf d'argent, à senestre d'une épée surmontée d'un casque normand taré à dextre tous deux d'argent, au chef cousu de sinople".

Sinople : vert 
Dextre : Droite 
Senestre : Gauche mais l'écu se regardant 
comme une figure humaine, son côté dextre est notre gauche au Chef : Le haut de l'écu

La symbolique de cette composition évoque le passé et souligne le présent. Le blason a été conçu par Loïc Patin.

 

 

Légende : Richard sans Peur chassait à Richebourg, il vit un jour un sanglier blanc comme neige. Ainsi, Philippe Le Bel aurait édifié La Feuillie comme un grand rendez-vous de chasse sous le nom de Malte Brune.

 

Patrimoine 

 

Puits  des Mazis, faisant 95 mètres de profondeur et  1,50 mètre de diamètre.

L’ensemble bâti mesure 2,20 mètres de haut. Il a été construit en 1894, en bois, brique, silex et ardoise. Sur le côté du puits, il y a une petite porte permettant d’accéder au puits pour remplir les auges des bovins.

 

 

Eglise

 

La première chapelle construite par Philippe Le Bel, fut remplacée par l'église Saint-Eustache.

Érigée en église paroissiale par la reine Blanche d’Evreux  au XIVème siècle.

Deux chapelles furent ajoutées à la Renaissance, donnant une structure particulière à l'église : une croix à double traverse.

Sur des arcs romans, les plus anciens et les plus grands, des moulures sculptées de marguerite à droite et de coquille Saint-Jacques à gauche.

Elle renferme aussi des boiseries sculptées : stalles, lambris, confessionnaux, chaire, fonts baptismaux et bancs à coulisse et de magnifiques vitraux.

 

Construit en 1560, le clocher est considéré comme le clocher d'église couvert en ardoises le plus haut de France avec ses 54 m de hauteur. Aujourd’hui, dans la nef, un platelage  a du être édifié à cause des malheurs du clocher (inclinaison, effondrement…).

 


Château de Richebourg : En 1560, Charles IX remplace le manoir par le château de Richebourg, dont le pavillon de chasse est démoli en 1826. Il en reste aujourd'hui le porche d'entrée, une tour de guet et un bâtiment de ferme.